FESTIVAL DE LA MUSIQUE ELECTRO INDUSTRIELLE 2018 LE 15.09.18

L'édition 2018 du Festival de la Musique Electro Industrielle se déroulera le...

LIVE AT FORMS OF HANDS LE 28.04.18

SYLVGHEIST MAËLSTRÖM se produira le 28 avril au festival FORMS OF HANDS qui se...

SORTIE DE NORILLAG LE 28.04.18

Le nouvel album de SYLVGHEIST MAËLSTRÖM, "NORILLAG", sortira le 28 avril 2018...

Outre l’univers de la musique savante (contemporaine, notamment) dans lequel il baigne depuis l’enfance, les influences musicales de Julien Sylvgheist – aka Sylmalm – sont clairement identifiées : Einstürzende Neubauten, d’abord, Orphyx ensuite. De cette influence noise naît Sylvgheist Maëlström, un projet que Sylmalm qualifie lui-même d’industriel minimal ambiant.

En 1999, il se rend en Suède pour ses études d’architecture. C’est là-bas, dans un pays où l’immensité naturelle est partout – colossale, dominante – que le concept Sylvgheist Maëlström prend réellement forme. Sylvgheist maëlström – littéralement « esprit fantomatique de la nature » – est en effet la traduction sonore du mouvement incontrôlable de l’environnement reprenant ses droits sur la civilisation. La nature se régulant elle-même, sans regard pour l’humain parcourant ses terres. Ainsi, au coeur du projet Sylvgheist Maëlström, une interrogation émerge quant au caractère cyclique des phénomènes catastrophiques mais aussi, plus essentiellement, à l’inéluctable de la destruction, au caractère inexorable des morts et des désagrégations.

Fidèle à l’esthétique industrielle, Sylmalm a fait du minimalisme et de la répétition un principe et un système de fonctionnement. Travaillant toujours avec peu de pistes sonores, la composition est en opposition à toute mélodie ; l’enjeu est avant tout de construire le son, de lui donner corps et ampleur, mais aussi d’emporter l’auditeur vers de nouveaux univers mentaux.

Pour Sylmalm, ce travail renvoie d’une certaine manière à l’abstraction picturale, dans la mesure où celle-ci privilégie le potentiel plastique de la couleur comme il privilégie le potentiel « plastique » de la matière sonore. Aux nappes atmosphériques, sourdes et grinçantes, s’ajoutent crescendo de lourdes rythmiques ; l’ensemble forme un collage sonore progressif tendant vers ce que Julien appelle une « transe industrielle ».

Sylvgheist Maëlström, un projet industrial ambient dont la qualité et l’originalité lui ont valu de rejoindre la prestigieuse écurie allemande Hands.